Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Communiqué de presse - MOBILITE

La SNCF a annoncé récemment le renforcement de son offre de liaisons voyageur par autocars au départ de Brest via sa filiale OUIBUS, cela après la mise en œuvre de liaisons régulières entre Quimper et Rennes, Rennes et Paris, Rennes et Nantes ainsi que vers Bordeaux.

Pour la CGT, cette situation est d’autant plus préjudiciable qu’elle alimente la concurrence entre modes routiers et ferroviaires, ce qui va à l’encontre des politiques de développement du service public ferroviaire mises en œuvre depuis la régionalisation des transports TER dont la hausse sensible de fréquentation démontre la pertinence. Cela va, également, à l’encontre des objectifs de préservation de l’environnement dans une région où la population subit de plus en plus fréquemment des pics de pollution.

La CGT constate qu’une nouvelle fois la SNCF, sous l’impulsion de l’Etat, préfère développer ses activités routières au détriment de son activité ferroviaire avec une offre en replis en témoigne la suppression des trains intercités de Rennes et Quimper vers Bordeaux.

Pour la CGT, cette situation illustre le dogme idéologique appliqué par la Direction de la SNCF avec plusieurs centaines de millions d’euros injectés en pure perte dans cette filiale. La CGT observe que le prix des billets de train ne cesse d’augmenter avec une nouvelle hausse de 6 % en lien avec l’ouverture de la ligne à grande vitesse entre Le Mans et Rennes à partir du 2 juillet 2017.

La CGT rappelle que les cheminots bretons subissent de plein fouet cette politique qui a conduit en Bretagne à la suppression de centaines d’emplois et in-fine à un repli du service public dans nos territoires. De plus, la CGT dénonce l’occupation d’espaces publics par des opérateurs privés qui concurrencent de manière déloyale le service public ferroviaire.

Dans ce contexte, la CGT est porteuse de propositions pour une politique de transport de voyageurs mettant fin à la concurrence entre les modes, en réponse aux besoins des usagers, d’aménagement et de développement des territoires, prenant en compte les enjeux environnementaux et assurant un haut niveau social aux salariés travaillant dans ces professions.

Rennes, le 21 mars 2017

PDF - 35.7 ko
Site réalisé sous Spip