Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Intervention sur le rapport d’étape « Bretagne 2.0 l’ambition pour une Bretagne numérique »

Intervention de Guy Jourden sur le rapport d’étape « Bretagne 2.0 l’ambition pour une Bretagne numérique » Séance plénière du CESR du 3 décembre 2007

Fin 2006, notre Région s’est dotée d’un nouveau plan d’action pour le développement des Technologies de la Communication, intitulé Bretagne 2.0 en référence au WEB 2.0 qui marque une évolution de l’Internet vers de nouveaux modes d’échanges, de contenu et de travail coopératif. Ce plan ambitieux d’un réseau Très Haut Débit pour tous les Bretons, nous le soutenons car il est vital pour le développement économique, social et culturel de notre Région. Depuis plusieurs années, souvent seule, la CGT, avec les salariés du secteur et la population, agit pour la construction d’un réseau en fibre optique jusqu’à l’abonné, aujourd’hui appelé FTTH (Fiber To The Home- Fibre jusqu’au Foyer) La déréglementation du secteur des Télécommunications a été un frein au développement de ce réseau fibre optique, aucun opérateur ne voulant investir dans ce réseau de l’avenir. Pour notre part nous aurions souhaité que l’Internet Haut Débit soit considéré comme un Service Universel au même titre que le téléphone et que la coopération entre les Opérateurs des Télécommunications et les diverses Collectivités Territoriales soit encadrée afin d’éviter la superposition des réseaux qui s’avèrent rapidement obsolètes ainsi qu’un énorme gaspillage de l’argent public. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit. De nombreuses collectivités territoriales en Bretagne comme ailleurs utilisent des Délégations de Service Public ( DSP) pour construire leur réseau haut débit sans tenir compte des autres. Il faudra bien un jour tirer un bilan public de ces investissements !! Dans le même temps, les grands groupes du secteur, gouvernés par l’impératif financier, déploient rapidement dans les grandes métropoles leur réseau en Fibre Optique. Aujourd’hui France Telecom à Nantes, et demain à Rennes ? Voire Brest ? Les fractures numériques se creusent avec au minimum 100 mégabits pour tous les foyers des grandes villes et le reste de la France vivotant à 1 voire 2 mégabits, sans parler des zones bas débits ou des zones blanches. Comment dans cette jungle assurer une véritable cohérence dans le déploiement des réseaux fibres optiques en Bretagne ? Ne risque t’on pas à nouveau de voir apparaître un Très Haut Débit des villes et ADSL des champs ? Ce questionnement apparaît à la page 8 du rapport d’étape à l’article IV-1 intitulé « une stratégie public/privé du déploiement du Très Haut Débit » Les questions majeures du groupe « Stratégie du Très Haut Débit » reflète bien les enjeux et les problématiques, elles rejoignent une partie des interrogations du groupe CGT.

Ouvrir le fichier

PDF - 30.6 ko
Site réalisé sous Spip